La DLC, c’est souvent DTC

FrG/ octobre 18, 2020/ Picking/ 0 commentaires

DLC

Présentation

Si vous avez des produits soumis à une Date Limite de Consommation, vous n’avez pas de chance !

Selon le pays d’origine des produits, vous pouvez avoir plusieurs mentions :

  • DLU : date limite d’utilisation
  • DLC : date limite de consommation
  • MFG : manufacturing (fabrication)
  • BBE : best before end (meilleur avant fin)

Les dates elles-même pourront apparaître sous plusieurs formats dont certains peuvent poser problème :

  • 28/12/19 : 28 décembre 2019. Si le produit est américain, ce sera 12/28/2019
  • 12/11/19 : 12 novembre 2019 en Europe mais 11 décembre 2019 pour un produit américain
  • 11/19 : mois, année (formats français et américain)

La DLC est une contrainte énorme pour les fabricants. Ces derniers ne vous faciliteront donc pas la tâche afin d’écouler leurs stocks. La date pourra être :

  • mal imprimée en petits caractères difficilement lisibles (encre noire sur une bouteille dont le liquide est foncé)
  • emboutie directement dans l’emballage, généralement à l’emplacement dune soudure (cas des tubes ou cartonnages)
  • cachée sous un bouchon ou nécessitant d’ouvrir le conditionnement
  • noyée dans le mode d’emploi
  • absente sur certains lots
  • pour le même produit sous forme de date absolue jj/mm/aa ou durée à compter de l’ouverture

Par contre, soyez certain que votre Client examinera soigneusement les produits reçus et ne manquera pas de faire une réclamation le cas échant (DLC courte ou dépassée).

DLC

Si vous le pouvez, préférez les produits ayants une durée de péremption qui court à leur ouverture (ici 12 mois).

Réception de marchandise

Dans le meilleur des mondes, vos employés seront avertis par votre système informatique de l’existence d’une DLC sur le produit qu’ils réceptionnent et la vérifieront. Votre filet de sécurité sera un contrôle lors de la préparation des commandes.

Il est possible de gérer un numéro de lot mais ceci est très contraignant, chronophage et donc coûteux.

Dans le cas de conditionnement de produits en cartons, vous pouvez mettre un auto-collant indiquant clairement la DLC de la totalité des articles de ce carton.

S’il s’agit de nouveautés, il faudra bien entendu notifier dans la fiche du produit qu’il est soumis à une DLC. Profitez-en pour présenter l’article à tous vos préparateurs de commandes en insistant sur ce problème.

Mise en rayon

Si vos employés sont sérieux, ils mettront les produits en rayon selon la logique du FIFO (les plus récents devant, les plus anciens au fond).

S’ils sont partisans du moindre effort (et c’est d’expérience généralement le cas), cela sera plus compliqué.

Nous préconisons d’impliquer vos intervenants en leur confiant une série de produits (par marque, emplacement, type…) : ils deviennent les référents de ces articles. De cette façon, ils aurons la connaissance (et seront responsables) :

  • du conditionnement (par 5, combinaison obligatoire de plusieurs produits)
  • des contraintes (DLC, conditions de stockage comme la température, le nombre de cartons empilables…)
  • des règles de mise en rayon

Ils pourront par ailleurs vous avertir :

  • des ruptures de stock à venir
  • des DLC courtes afin que vous organisiez une promotion pour les sortir au plus vite
  • de visuels modifiés
  • d’offres commerciales (+20% de produit gratuit, échantillons inclus…)

Sensibilisez vos employés à l’importance de cette information et revenez régulièrement sur le sujet (on appelle ça vulgairement en remettre une couche).

Préparation de commandes

A chaque fois qu’une commande comporte un produit avec DLC, le terminal doit demander au pickeur de la vérifier et de confirmer (signature) qu’elle est valide.

Définissez clairement ce qu’est une DLC valide (par exemple : 3 mois minimum) en tenant bien compte du conditionnement du produit (plus le volume est important, plus le temps mis à le consommer sera long).

Dans certains cas, il peut être nécessaire de déroger à la règle établie (expédition d’un article avec date de péremption courte). Il est souhaitable pour l’entreprise de conserver les informations permettant de retrouver le produit (numéro de commande, dates d’expédition et d’expiration) dans le cas où il ferait l’objet d’un rappel. Le responsable honnête qui a autorisé l’expédition notera son nom et la raison de cette dérogation. Le préparateur de commande prudent listera aussi ces données par devers lui, au cas où…

Retour de produit

Si vous avez un produit soumis à DLC en retour, pensez à la vérifier avant de le remettre en rayon !

Partager cet article

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
*